#21 Achat au numéro, version pdf

CHF 5.00

Description

Au sommaire du numéro 21 du magazine Nature Sciences Santé

  • Le Chardon-Marie De l’usage traditionnel à la recherche scientifique C’est traditionnellement une des plantes les plus utilisées pour la prise en charge des problèmes hépatiques. La recherche scientifique confirme ses propriétés protectrices du foie et ses effets bénéfiques chez des personnes présentant des maladies hépatiques.
  • Quand la testostérone baisse
    Des nutriments essentiels, des extraits de plantes … associés à des modifications du mode de de vie peuvent aider à améliorer la qualité de vie de certains hommes ayant un déficit androgénique lié à l’âge ou DALA.
  • Questions au Dr Vincent Renaud
    Déficit androgénique lié à l’âge. La prise en charge doit être globale
    Dans cet entretien, le Dr Vincent Renaud nous raconte de quelle façon il prend en charge ses patients qui présentent des signes d’un déficit androgénique. Il nous explique comment il détermine les différents facteurs qui influent sur la baisse de leur testostérone et comment, en agissant sur ces facteurs, il est possible d’améliorer leur qualité de vie. Le Dr Vincent Renaud, médecin nutritionniste, est l’auteur, avec la diététicienne, nutritionniste et micro-nutritionniste Véronique Liesse, de l’ouvrage Hormones, arrêtez de vous gâcher la vie.
  • L’ergothionéine, un antioxydant particulier
    Cet acide aminé soufré est présent en abondance dans les champignons. Puissant antioxydant et anti-inflammatoire, il aurait la particularité d’être stocké dans l’organisme de l’homme qui ne l’utiliserait qu’en situation de stress oxydant. L’ergothionéine aurait des effets bénéfiques notamment pour le cerveau et ses concentrations seraient plus basses chez les personnes souffrant de troubles cognitifs. Depuis peu, une forme synthétique est autorisée et disponible en Europe pour les compléments alimentaires.
  • Trop de femmes en âge de procréer ont des taux de folates insuffisants
    Un apport suffisant en folates, diminue le risque des femmes de mettre au monde un enfant avec un défaut du tube neural. Et ce n’est pas leur seul effet. Pourtant, une étude révèle que plus de 13 % des femmes françaises en âge de procréer présentent un risque de déficit en ces nutriments essentiels.