Probiotiques et dépression

Chez des patients souffrant du syndrome de l’intestin irritable (SII) la prise d’un probiotique, Bifidobacterium longum NCC3001 réduit leurs scores de dépression et améliore leur qualité de vie.

Le syndrome de l’intestin irritable (SII) est un trouble fréquent de l’intestin responsable de douleurs abdominales, accompagnées de constipation, diarrhée, ou une alternance des deux. C’est l’un des troubles gastro-intestinaux les plus fréquents. Il s’accompagne souvent d’anxiété ou de dépression chronique.

Une étude[1] pilote randomisée, en double aveugle et contrôlée contre placebo a enrôlé 44 sujets adultes souffrant de SII et présentant une anxiété ou une dépression légère à modérée. Les sujets ont été suivis pendant dix semaines et ont reçu quotidiennement une dose du probiotique Bifidobacterium longum NCC3001 ou un placebo.

Au bout de six semaines de supplémentation, les scores de dépression de 14 patients sur 22 avaient décru dans le groupe prenant le probiotique contre seulement 7 sur 22 dans celui sous placebo. L’imagerie fonctionnelle à résonance magnétique a montré que l’amélioration des scores de dépression était associée à des changements dans de multiples zones du cerveau associées au contrôle de l’humeur.

Ces résultats, fruits d’un travail de plusieurs années entre l’identification de la souche de probiotique, les tests dans des modèles pré-cliniques et l’identification des voies à travers lesquelles le signal passe de l’intestin au cerveau, sont très prometteurs pour les investigateurs. Mais ils doivent être confirmés par de plus vastes études.

[1] Pinto-Sanchez MI et al., Probiotic Bifidobacterium longum NCC3001 reduces depression scores and alter brain activity : a pilot study in patients with irritable bowel syndrome. Gastroenterology 2017 ; DOI : 10.1053/i.gastro.2017.05.003.

 

Brigitte Karleskind, rédactrice en chef

 

4 juin 2018

D'autres news

En exclusivité: Akkermansia, gardienne de la barrière intestinale

Le Professeur Patrice Cani, maître de recherche FNRS à l’UCLouvain, en Belgique, nous emmène sur le chemin qui l’a conduit à la découverte des effets bénéfiques pour la santé d’une bactérie, Akkermansia municiphila, et à la publication, au début du mois de juillet de cette année, des… Read More

En savoir plus

Iode et alimentation

Plusieurs groupes de population, en Norvège, comme dans de nombreux autres pays, ont des apports alimentaires insuffisants en iode. L’iode est un nutriment essentiel, indispensable à la formation des hormones thyroïdiennes. Celles-ci jouent un rôle fondamental dans le développement cérébral du fœtus mais aussi dans les processus… Read More

En savoir plus

Vitamine E et calculs biliaires

Des concentrations plus élevées de vitamine E pourraient diminuer le risque de calculs biliaires. La formation de calculs à l’intérieur de la vésicule biliaire est appelée lithiase biliaire ou cholélithiase. Dans la majorité des cas, ces calculs sont composés de cholestérol cristallisé. Des calculs constitués de pigments… Read More

En savoir plus

Magnésium et santé cardiovasculaire

La concentration de magnésium dans le sérum sanguin n’est pas le reflet du magnésium intracellulaire. C’est pourquoi les déficiences sont largement sous-diagnostiquées. De plus, à cause de maladies chroniques, de la prise de médicaments et de la consommation d’aliments raffinés et transformés une partie importante des populations… Read More

En savoir plus

Vitamine C et système immunitaire

Des études épidémiologiques indiquent qu’un statut insuffisant en vitamine C est relativement courant dans les pays occidentaux en raison d’un apport trop faible associés à des stocks limités dans l’organisme. Les besoins en vitamine C sont augmentés par la pollution, le tabagisme, la lutte contre les infections… Read More

En savoir plus