Poisson, sommeil et intelligence

De précédentes études ont montré l’existence d’un lien entre les acides gras essentiels oméga-3 que l’on trouve dans des poissons gras et l’amélioration de l’intelligence ou un meilleur sommeil. Mais jusqu’à présent, le lien entre l’amélioration du sommeil et celle de la cognition n’avait pas été fait.

Une étude[1] a été conçue dans l’objectif d’évaluer si

  • Une consommation plus fréquente de poisson est associée, chez des enfants d’âge scolaire, à des troubles du sommeil moins fréquents et à des scores de QI plus importants,
  • Cette relation était indépendante des facteurs sociaux et économiques,
  • Si la qualité du sommeil était le lien entre la consommation de poisson et le QI.

Une cohorte de 541 enfants scolarisés, en Chine, (54 % de garçons et 46 % de filles) ont été inclus dans cette étude longitudinale. Leur consommation de poisson et la qualité de leur sommeil ont été évaluées entre 9 et 11 ans et le QI à 12 ans. Les enfants ont rempli un questionnaire sur la fréquence de leur consommation de poisson au cours du mois précédent et leurs parents ont répondu à des questions concernant la qualité de leur sommeil.

Les résultats montrent qu’une consommation régulière de poisson est associée à la fois à des troubles moins fréquents du sommeil et à des scores de QI plus élevés. Une relation dose-dépendante indique des score de QI plus élevés chez les enfants qui consommaient parfois (3,31 points) ou toujours (4,80 points) du poisson. La qualité du sommeil induisait partiellement la relation entre la consommation de poisson et le QI. C’était vrai pour le QI verbal (il mesure une partie de l’intelligence concrète et une partie de l’intelligence abstraite) mais pas pour le QI performance (il mesure l’intelligence abstraite).

Pour les auteurs, c’est la première étude qui indique qu’une consommation régulière de poisson pourrait aider à réduire les problèmes de sommeil (en améliorant la qualité du sommeil), ce qui, à plus long terme, serait bénéfique pour le fonctionnement cognitif des enfants. Ils recommandent d’incorporer progressivement davantage de poisson dans l’alimentation des enfants, ne serait-ce qu’une fois par semaine.

[1] Liu J et al., The meidating role of sleep in the fish consumption – cognitive functioning relationship : a cohort study. Scientific reports, 2017 Dec 21; 7(1).

Brigitte Karleskind, rédactrice en chef

29 décembre 2018

D'autres news

En exclusivité: Akkermansia, gardienne de la barrière intestinale

Le Professeur Patrice Cani, maître de recherche FNRS à l’UCLouvain, en Belgique, nous emmène sur le chemin qui l’a conduit à la découverte des effets bénéfiques pour la santé d’une bactérie, Akkermansia municiphila, et à la publication, au début du mois de juillet de cette année, des… Read More

En savoir plus

Iode et alimentation

Plusieurs groupes de population, en Norvège, comme dans de nombreux autres pays, ont des apports alimentaires insuffisants en iode. L’iode est un nutriment essentiel, indispensable à la formation des hormones thyroïdiennes. Celles-ci jouent un rôle fondamental dans le développement cérébral du fœtus mais aussi dans les processus… Read More

En savoir plus

Vitamine E et calculs biliaires

Des concentrations plus élevées de vitamine E pourraient diminuer le risque de calculs biliaires. La formation de calculs à l’intérieur de la vésicule biliaire est appelée lithiase biliaire ou cholélithiase. Dans la majorité des cas, ces calculs sont composés de cholestérol cristallisé. Des calculs constitués de pigments… Read More

En savoir plus

Magnésium et santé cardiovasculaire

La concentration de magnésium dans le sérum sanguin n’est pas le reflet du magnésium intracellulaire. C’est pourquoi les déficiences sont largement sous-diagnostiquées. De plus, à cause de maladies chroniques, de la prise de médicaments et de la consommation d’aliments raffinés et transformés une partie importante des populations… Read More

En savoir plus

Vitamine C et système immunitaire

Des études épidémiologiques indiquent qu’un statut insuffisant en vitamine C est relativement courant dans les pays occidentaux en raison d’un apport trop faible associés à des stocks limités dans l’organisme. Les besoins en vitamine C sont augmentés par la pollution, le tabagisme, la lutte contre les infections… Read More

En savoir plus