Oméga-3 et ménopause

Un statut élevé en acides gras oméga-3 serait bénéfique pour les femmes ménopausées.

Les acides gras oméga-3 constituent une famille d’acides gras essentiels. Elle comprend des acides gras indispensables que notre organisme est incapable de produire et d’autres qu’il est capable de fabriquer à partir d’un précurseur, à condition qu’il soit apporté par l’alimentation. Les oméga-3 sont tous nécessaires au développement et au bon fonctionnement du corps.

L’analyse détaillée de l’apport en acides gras essentiels oméga-3 rapportée dans la seconde étude individuelle nationale des consommations alimentaires (INCA2) montre que l’apport moyen en acides gras oméga-3 est pratiquement deux fois inférieur aux apports nutritionnels conseillés pour la population française. Ils sont de 137 mg pour le DHA contre 250 mg recommandés et de 102 mg pour l’EPA contre également 250 mg recommandés.

Des chercheurs[1] ont suivi plus de 6 500 femmes âgées de 65 à 80 ans sur une période de 15 ans pour évaluer le lien existant entre le statut en acides gras oméga-3 (en mesurant le niveau d’EPA et de DHA dans les globules rouges) et le taux de mortalité, toutes causes confondues.

Au bout d’environ 15 ans, 1851 de ces femmes étaient décédées. Leur niveau d’acides gras oméga-3 au début de l’étude était plus faible que celui des femmes toujours en vie. Les femmes présentant le statut en oméga-3 le plus élevé avait 20 % moins de risque de mortalité que celles en ayant le plus faible. Ces résultats viennent conforter les données suggérant que les acides gras oméga-3 ont des effets bénéfiques pour la santé.

Brigitte Karleskind, rédactrice en chef

[1] Harris WS et al., red blood cell polyunsaturated fatty acids and mortality in the women’s health initiative memory study. Journal of clinical lipidology. Published online ahead of print. Doi : 10.1016/j.jacl.2016.12.013

12 août 2017

D'autres news

En exclusivité: Akkermansia, gardienne de la barrière intestinale

Le Professeur Patrice Cani, maître de recherche FNRS à l’UCLouvain, en Belgique, nous emmène sur le chemin qui l’a conduit à la découverte des effets bénéfiques pour la santé d’une bactérie, Akkermansia municiphila, et à la publication, au début du mois de juillet de cette année, des… Read More

En savoir plus

Iode et alimentation

Plusieurs groupes de population, en Norvège, comme dans de nombreux autres pays, ont des apports alimentaires insuffisants en iode. L’iode est un nutriment essentiel, indispensable à la formation des hormones thyroïdiennes. Celles-ci jouent un rôle fondamental dans le développement cérébral du fœtus mais aussi dans les processus… Read More

En savoir plus

Vitamine E et calculs biliaires

Des concentrations plus élevées de vitamine E pourraient diminuer le risque de calculs biliaires. La formation de calculs à l’intérieur de la vésicule biliaire est appelée lithiase biliaire ou cholélithiase. Dans la majorité des cas, ces calculs sont composés de cholestérol cristallisé. Des calculs constitués de pigments… Read More

En savoir plus

Magnésium et santé cardiovasculaire

La concentration de magnésium dans le sérum sanguin n’est pas le reflet du magnésium intracellulaire. C’est pourquoi les déficiences sont largement sous-diagnostiquées. De plus, à cause de maladies chroniques, de la prise de médicaments et de la consommation d’aliments raffinés et transformés une partie importante des populations… Read More

En savoir plus

Vitamine C et système immunitaire

Des études épidémiologiques indiquent qu’un statut insuffisant en vitamine C est relativement courant dans les pays occidentaux en raison d’un apport trop faible associés à des stocks limités dans l’organisme. Les besoins en vitamine C sont augmentés par la pollution, le tabagisme, la lutte contre les infections… Read More

En savoir plus