CURCUMINE et densité osseuse

Une supplémentation en curcumine, associée à un style de vie adapté, aurait un effet bénéfique dans la prévention et la gestion de l’ostéopénie.

L’ostéopénie, une faible densité osseuse, est caractérisée par une diminution de la calcification, de la densité ou de la masse osseuse. Elle correspond à une déminéralisation modérée de l’os. C’est un stade intermédiaire entre l’os normal et l’ostéoporose qui peut conduire à l’ostéoporose si elle n’est pas diagnostiquée et traitée.

L’os est un tissu en perpétuel remaniement. Au niveau de chaque unité de remodelage osseux se succèdent des phases de destruction (ou résorption) et de formation osseuse. Lorsque les phases de résorption sont plus actives que celles de formation, le déséquilibre qui se crée se traduit par une perte de densité osseuse.
Dans la plupart des cas, la perte de densité osseuse se produit chez des sujets âgés, en particulier, chez les femmes ménopausées. Le déclin des œstrogènes chez les femmes et celui des œstrogènes et des androgènes qui intervient un peu plus tard chez les hommes conduisent à une perte de force et de masse osseuses et contribuent au développement de l’ostéopénie puis de l’ostéoporose.

L’alimentation associée à un style de vie incluant la pratique régulière d’exercices physiques, des modifications nutritionnelles, une consommation modérée d’alcool et l’arrêt de la consommation de tabac est la première voie de prévention de l’ostéopénie.

Le curcuma est une plante herbacée de la même famille que le gingembre. La poudre de curcuma, le rhizome de la plante réduit en poudre, a longtemps été utilisée en Asie du Sud-Est pour renforcer la saveur des aliments et les conserver. On la connaît surtout pour sa couleur jaune brillante et elle est souvent employée pour remplacer le safran. Elle donne leur couleur jaune au curry et à la moutarde.

Le curcuma est utilisé depuis de longues années par les médecines traditionnelles, notamment en Inde, pour traiter toute une variété d’indispositions incluant problèmes gastro-intestinaux, inflammations, maux de tête, infections et rhumes.

Le curcuma contient plus d’une douzaine de composés phénoliques appelés curcuminoïdes qui sont de puissants antioxydants. La curcumine est le plus abondant de ces composés et aussi le plus étudié.

Des études in vitro et in vivo ont associé la curcumine à la santé osseuse, plus spécifiquement, à la densité minérale osseuse et à des propriétés mécaniques de l’os. Cependant, les études cliniques sur l’homme sont rares.

Des chercheurs ont conçu une étude pilote[1] pour évaluer l’effet d’une supplémentation en curcumine sur la santé osseuse. Cinquante-sept hommes présentant une ostéopénie, mais par ailleurs en bonne santé, ont été enrôlés dans cette étude. On leur a donné à choisir entre suivre une prise en charge standard ou une prise en charge standard associée à la prise quotidienne de 1000 mg de curcumine.

La prise en charge standard incluait une supplémentation adaptée en calcium et en vitamine D ainsi qu’un programme régulier d’exercices physiques de 20 minutes quatre fois par semaine.

La densité osseuse du talon, du petit doigt et de la mâchoire supérieure des sujets a été mesurée avant le début de l’étude puis à 4, 12 et 24 semaines. Dans le groupe supplémenté en curcumine les mesures ont montré une amélioration significative de la densité osseuse alors qu’aucune modification n’a été observée dans le groupe témoin.

Cette étude suggère que chez des sujets présentant une ostéopénie mais par ailleurs en bonne santé, une supplémentation en curcumine pourrait provoquer des changements positifs dans la densité minérale osseuse. D’autres études sur de plus vastes populations sont cependant nécessaires pour confirmer ces résultats.

Cette étude a été faite avec le soutien d’Indena et avec un complément alimentaire contenant une formulation à base de phytosomes de curcuma fournis par cette société.

Brigitte Karleskind, rédactrice en chef

22 août 2017

D'autres news

En exclusivité: Akkermansia, gardienne de la barrière intestinale

Le Professeur Patrice Cani, maître de recherche FNRS à l’UCLouvain, en Belgique, nous emmène sur le chemin qui l’a conduit à la découverte des effets bénéfiques pour la santé d’une bactérie, Akkermansia municiphila, et à la publication, au début du mois de juillet de cette année, des… Read More

En savoir plus

Iode et alimentation

Plusieurs groupes de population, en Norvège, comme dans de nombreux autres pays, ont des apports alimentaires insuffisants en iode. L’iode est un nutriment essentiel, indispensable à la formation des hormones thyroïdiennes. Celles-ci jouent un rôle fondamental dans le développement cérébral du fœtus mais aussi dans les processus… Read More

En savoir plus

Vitamine E et calculs biliaires

Des concentrations plus élevées de vitamine E pourraient diminuer le risque de calculs biliaires. La formation de calculs à l’intérieur de la vésicule biliaire est appelée lithiase biliaire ou cholélithiase. Dans la majorité des cas, ces calculs sont composés de cholestérol cristallisé. Des calculs constitués de pigments… Read More

En savoir plus

Magnésium et santé cardiovasculaire

La concentration de magnésium dans le sérum sanguin n’est pas le reflet du magnésium intracellulaire. C’est pourquoi les déficiences sont largement sous-diagnostiquées. De plus, à cause de maladies chroniques, de la prise de médicaments et de la consommation d’aliments raffinés et transformés une partie importante des populations… Read More

En savoir plus

Vitamine C et système immunitaire

Des études épidémiologiques indiquent qu’un statut insuffisant en vitamine C est relativement courant dans les pays occidentaux en raison d’un apport trop faible associés à des stocks limités dans l’organisme. Les besoins en vitamine C sont augmentés par la pollution, le tabagisme, la lutte contre les infections… Read More

En savoir plus