Millepertuis et dépression

Selon une nouvelle méta-analyse, les extraits standardisés de millepertuis seraient aussi efficaces que des traitements antidépresseurs classiques.
Le millepertuis, Hypericum perforatum, est utilisé depuis plus de 2000 ans par les médecines traditionnelles dans toute une diversité d’indications. Son intérêt dans le traitement de la dépression a été officiellement reconnu pour la première fois, en Allemagne, en 1984. L’OMS admet aujourd’hui l’usage du millepertuis dans le traitement de la dépression légère à modérée.

Les sommités fleuries du millepertuis contiennent deux principes actifs, l’hypéricine et l’hyperforine, auxquels sont attribués ses effets bénéfiques sur les personnes souffrant de dépression.

Des chercheurs[1] ont rassemblé des données concernant des études publiées randomisées et contrôlées réalisées entre le 1er janvier 1960 et le 1er mai 2016. Vingt-sept articles provenant de différents pays et correspondant aux critères définis par les chercheurs ont été inclus. Les extraits de millepertuis utilisés dans ces études contenaient 0,3 % d’hypéricine et 2 à 5 % d’hyperforine pour des doses allant de 300 à 1300 mg par jour. La durée des traitements allait de 4 à 12 semaines. Les effets des extraits étaient comparés à ceux d’un inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine, classiquement utilisé dans le traitement de la dépression. Les études portaient sur 40 à 428 patients diagnostiqués avec un trouble dépressif majeur.

La méta-analyse a montré que l’extrait de millepertuis avait un effet similaire à celui d’un inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine avec un plus faible nombre de personnes interrompant ou abandonnant le traitement.

Les auteurs de la méta-analyse concluent que ces données viennent renforcer celles déjà existantes sur l’efficacité clinique de l’extrait de millepertuis dans la réduction des symptômes dépressifs. Le nombre de sujets interrompant ou abandonnant le traitement en raison d’effets secondaires indésirables était beaucoup plus faible qu’avec le médicament. Ce second point est particulièrement important car l’arrêt des traitements antidépresseurs est un problème courant qui pénalise lourdement leur succès. La dose optimale d’extrait de millepertuis pour obtenir la plus grande efficacité n’a cependant pas pu être déterminée. D’autres sont nécessaires pour le faire.

Attention : Le millepertuis peut interférer de très nombreuses substances médicamenteuses parce que l’hyperforine inhibe une enzyme du foie chargée de les éliminer. Il est notamment déconseillé en cas de prise d’anticoagulants, d’antidépresseurs, d’antiépileptiques, de pilules contraceptives, de digoxine, de médicaments immunosuppresseurs ou d’antiprotéases.

Il a un effet photosensibilisateur et il ne faut donc pas s’exposer au soleil pendant le traitement.

Il est également déconseillé chez les personnes souffrant de troubles bipolaires ainsi que pendant la grossesse et la période d’allaitement.

Ces mises en garde sont données à titre indicatif et il est vivement recommandé de consulter un professionnel de santé avant d’entamer un traitement avec un extrait de millepertuis.

[1] Ng Qx et al., Clinical use au Hypericum perforatum extracts (St John’s Wort) in depression : A meta-analysis. J Affect Disord 2017 ; 210 : 211-221.

 

Brigitte Karleskind, rédactrice en chef

 

22 janvier 2018

D'autres news

En exclusivité: Akkermansia, gardienne de la barrière intestinale

Le Professeur Patrice Cani, maître de recherche FNRS à l’UCLouvain, en Belgique, nous emmène sur le chemin qui l’a conduit à la découverte des effets bénéfiques pour la santé d’une bactérie, Akkermansia municiphila, et à la publication, au début du mois de juillet de cette année, des… Read More

En savoir plus

Iode et alimentation

Plusieurs groupes de population, en Norvège, comme dans de nombreux autres pays, ont des apports alimentaires insuffisants en iode. L’iode est un nutriment essentiel, indispensable à la formation des hormones thyroïdiennes. Celles-ci jouent un rôle fondamental dans le développement cérébral du fœtus mais aussi dans les processus… Read More

En savoir plus

Vitamine E et calculs biliaires

Des concentrations plus élevées de vitamine E pourraient diminuer le risque de calculs biliaires. La formation de calculs à l’intérieur de la vésicule biliaire est appelée lithiase biliaire ou cholélithiase. Dans la majorité des cas, ces calculs sont composés de cholestérol cristallisé. Des calculs constitués de pigments… Read More

En savoir plus

Magnésium et santé cardiovasculaire

La concentration de magnésium dans le sérum sanguin n’est pas le reflet du magnésium intracellulaire. C’est pourquoi les déficiences sont largement sous-diagnostiquées. De plus, à cause de maladies chroniques, de la prise de médicaments et de la consommation d’aliments raffinés et transformés une partie importante des populations… Read More

En savoir plus

Vitamine C et système immunitaire

Des études épidémiologiques indiquent qu’un statut insuffisant en vitamine C est relativement courant dans les pays occidentaux en raison d’un apport trop faible associés à des stocks limités dans l’organisme. Les besoins en vitamine C sont augmentés par la pollution, le tabagisme, la lutte contre les infections… Read More

En savoir plus