Fenouil et ménopause

Selon une étude, la prise de fenouil pourrait aider à soulager certains symptômes de la ménopause.

Le fenouil (Foeniculum vulgare) est une grande herbe vivace à l’odeur d’anis. Ses graines sont traditionnellement utilisées pour soulager les troubles menstruels, les troubles de la ménopause et stimuler la production de lait. Elles sont particulièrement riches en phyto-estrogènes, des composés qui imitent l’activité hormonale et viennent se lier aux récepteurs des œstrogènes naturels. L’activité des phyto-estrogènes est notablement plus faible que celle des œstrogènes mais ils peuvent néanmoins, dans certains cas, aider à soulager des symptômes de la ménopause.

A Téhéran, 90 femmes ménopausées, âgées de 45 à 60 ans, ont été enrôlées dans un essai clinique[1] en triple aveugle, randomisé et contrôlé contre placebo dans l’objectif d’évalue l’efficacité du fenouil dans le management des symptômes de la ménopause. Elles ont été réparties en deux groupes de façon aléatoire et ont reçu deux fois par jour pendant huit semaines 100 mg de fenouil ou un placebo. Les femmes ont été suivies pendant deux semaines après la fin de la supplémentation.

Les résultats à 4, 8 et 10 semaines après le début de l’étude montrent des améliorations dans les symptômes des femmes ménopausées ayant reçu le fenouil par rapport à celles sous placebo. Les chercheurs en concluent que le fenouil est un traitement sûr et efficace pour réduire les symptômes de la ménopause chez des femmes ménopausées. Ils estiment néanmoins que d’autres études sur de plus vastes populations sont nécessaires pour confirmer ces résultats.

[1] Rahimikian F et al., Effect of Foeniculum vulgare Mill. (fennel) on menopausal symptoms in postmenopausal women : a randomized, triple-blind, placebo-controlled trial. Menopause. 2017 May 15. doi: 10.1097/GME.0000000000000881. [Epub ahead of print]

 

 

Brigitte Karleskind, rédactrice en chef

 

20 mai 2018

D'autres news

En exclusivité: Akkermansia, gardienne de la barrière intestinale

Le Professeur Patrice Cani, maître de recherche FNRS à l’UCLouvain, en Belgique, nous emmène sur le chemin qui l’a conduit à la découverte des effets bénéfiques pour la santé d’une bactérie, Akkermansia municiphila, et à la publication, au début du mois de juillet de cette année, des… Read More

En savoir plus

Iode et alimentation

Plusieurs groupes de population, en Norvège, comme dans de nombreux autres pays, ont des apports alimentaires insuffisants en iode. L’iode est un nutriment essentiel, indispensable à la formation des hormones thyroïdiennes. Celles-ci jouent un rôle fondamental dans le développement cérébral du fœtus mais aussi dans les processus… Read More

En savoir plus

Vitamine E et calculs biliaires

Des concentrations plus élevées de vitamine E pourraient diminuer le risque de calculs biliaires. La formation de calculs à l’intérieur de la vésicule biliaire est appelée lithiase biliaire ou cholélithiase. Dans la majorité des cas, ces calculs sont composés de cholestérol cristallisé. Des calculs constitués de pigments… Read More

En savoir plus

Magnésium et santé cardiovasculaire

La concentration de magnésium dans le sérum sanguin n’est pas le reflet du magnésium intracellulaire. C’est pourquoi les déficiences sont largement sous-diagnostiquées. De plus, à cause de maladies chroniques, de la prise de médicaments et de la consommation d’aliments raffinés et transformés une partie importante des populations… Read More

En savoir plus

Vitamine C et système immunitaire

Des études épidémiologiques indiquent qu’un statut insuffisant en vitamine C est relativement courant dans les pays occidentaux en raison d’un apport trop faible associés à des stocks limités dans l’organisme. Les besoins en vitamine C sont augmentés par la pollution, le tabagisme, la lutte contre les infections… Read More

En savoir plus