Curcumine, safran et dépression

La prise de curcumine ou de curcumine associée à du safran semble réduire les symptômes dépressifs et anxiolytiques chez des personnes souffrant d’épisodes dépressifs majeurs.

Près de 50 % des personnes souffrant d’épisodes dépressifs majeurs interrompent leurs traitements en raison de leurs effets secondaires. Il est donc important de trouver des traitements mieux tolérés pour cette maladie chronique qui affecte lourdement la qualité de vie de ceux qui souffrent comme de leur entourage.

Les activités antidépressives du safran et de la curcumine, un principe actif du curcuma, ont déjà fait l’objet de plusieurs essais cliniques.

Une nouvelle étude[1], randomisée, en double-aveugle et contrôlée contre placebo a évalué sur 123 personnes souffrant de troubles dépressifs majeurs l’effet de 250 mg de curcumine, de 500 mg de curcumine, de 250 mg de curcumine associés à 15 mg d’un extrait de safran ou d’un placebo. Cette étude a duré douze semaines. Cette évaluation a été faite en utilisant le questionnaire d’autoévaluation de la dépression IDS-SR30 et l’inventaire d’anxiété état-trait de Spielberger.

Les résultats ont montré que les deux doses de curcumine ainsi que l’association de curcumine et de safran réduisaient les symptômes anxiolytiques et dépressifs, par rapport au placebo. Leur efficacité a été plus importante chez les patients souffrant de dépression atypique.

Les chercheurs concluent de ces résultats que des investigations sur des échantillons de plus grande taille devront être entreprises pour examiner les effets de différentes doses de curcumine et de la combinaison de curcumine et de safran. Leurs effets sur la dépression atypique demandent également des investigations approfondies et à plus large échelle.

 

[1] Lopresti AL et al., Efficacy of curcumin, and a saffron/curcumin combinaition for the treatment of major depression : a randomised, double-blind, placebo-controlled study. J Affect Disord 2017 Jan 1 ; 207 : 188-196.

 

Brigitte Karleskind, rédactrice en chef

 

9 septembre 2018

D'autres news

En exclusivité: Akkermansia, gardienne de la barrière intestinale

Le Professeur Patrice Cani, maître de recherche FNRS à l’UCLouvain, en Belgique, nous emmène sur le chemin qui l’a conduit à la découverte des effets bénéfiques pour la santé d’une bactérie, Akkermansia municiphila, et à la publication, au début du mois de juillet de cette année, des… Read More

En savoir plus

Iode et alimentation

Plusieurs groupes de population, en Norvège, comme dans de nombreux autres pays, ont des apports alimentaires insuffisants en iode. L’iode est un nutriment essentiel, indispensable à la formation des hormones thyroïdiennes. Celles-ci jouent un rôle fondamental dans le développement cérébral du fœtus mais aussi dans les processus… Read More

En savoir plus

Vitamine E et calculs biliaires

Des concentrations plus élevées de vitamine E pourraient diminuer le risque de calculs biliaires. La formation de calculs à l’intérieur de la vésicule biliaire est appelée lithiase biliaire ou cholélithiase. Dans la majorité des cas, ces calculs sont composés de cholestérol cristallisé. Des calculs constitués de pigments… Read More

En savoir plus

Magnésium et santé cardiovasculaire

La concentration de magnésium dans le sérum sanguin n’est pas le reflet du magnésium intracellulaire. C’est pourquoi les déficiences sont largement sous-diagnostiquées. De plus, à cause de maladies chroniques, de la prise de médicaments et de la consommation d’aliments raffinés et transformés une partie importante des populations… Read More

En savoir plus

Vitamine C et système immunitaire

Des études épidémiologiques indiquent qu’un statut insuffisant en vitamine C est relativement courant dans les pays occidentaux en raison d’un apport trop faible associés à des stocks limités dans l’organisme. Les besoins en vitamine C sont augmentés par la pollution, le tabagisme, la lutte contre les infections… Read More

En savoir plus