CHOCOLAT et cognition

La consommation de chocolat pourrait-elle améliorer le fonctionnement cognitif et lutter contre son affaiblissement ?
Au cours de ces dernières années, les effets biologiques des flavonoïdes, qui appartiennent à la grande famille des polyphénols, ont largement retenu l’attention. Les fèves de cacao constituent une riche source de flavonoïdes, des flavanols. Le chocolat contient également d’autres ingrédients fonctionnels incluant des méthylxanthines comme la caféine et la théobromine qui pourraient exercer une influence sur le fonctionnement neurocognitif. Cependant, dans le cacao et le chocolat, les concentrations en caféine et en théobromine semblent insuffisantes pour exercer des effets pharmacologiques significatifs.

Des études épidémiologiques suggèrent que les flavonoïdes pourraient être associés à un meilleur fonctionnement cognitif, à une diminution du risque de démence et de déclin cognitif, à une plus faible prévalence des troubles cognitifs, à une meilleure évolution de la cognition sur dix ans ainsi qu’une meilleure performance cognitive dose-dépendante au cours d’un vieillissement normal.

Les mécanismes d’action des flavonoïdes impliqués dans la modulation et la protection cognitives ne sont pas complètement élucidés. Néanmoins, de plus en plus de données suggèrent que la consommation de chocolat et de cacao présente plusieurs effets bénéfiques pour la santé, incluant notamment des effets neuroprotecteurs et stimulants de la neurocognition.

L’effet bénéfique des composés polyphénoliques a d’abord été attribué à leur capacité à exercer des actions antioxydantes. Cependant, compte tenu des faibles concentrations détectables dans le cerveau, il est peu probable que les effets cognitifs in vivo des flavonoïdes soient seulement dus à une action antioxydante. Leurs effets neurobiologiques s’exerceraient plutôt à travers différentes actions impliquant la capacité à protéger les neurones vulnérables, à stimuler le fonctionnement des neurones ainsi que par des voies neuronales de signalisation intracellulaires.

Une revue[1] a examiné des études cliniques centrées sur l’investigation des effets de l’administration ponctuelle ou chronique de flavanols de cacao sur la cognition. Cette analyse conclut que les différentes études montrent des résultats quelque peu divergents. Néanmoins, les données accumulées suggèrent que la consommation de flavanols de cacao pourrait soutenir efficacement les performances cognitives, conduire à des améliorations des mesures de la cognition globale, de l’attention, de la mémoire et de la vitesse des processus de traitement des informations. Les effets cognitifs bénéfiques de la consommation régulière de flavanols, particulièrement chez des sujets à risque, pourraient intervenir à travers des actions neuroprotectives directes ainsi que par des améliorations du fonctionnement métabolique et cérébrovasculaire. Par ailleurs, l’administration ponctuelle de flavanols de cacao pourrait produire un effet immédiat de stimulation cognitive, soutenant les performances, en particuliers, dans des conditions de fatigue ou de perte de sommeil.

L’un dans l’autre, les résultats de ces études préliminaires sur les effets du cacao et du chocolat sur la cognition de l’homme soulignent leur intérêt potentiel et le besoin de travaux plus approfondis pour les confirmer et découvrir les mécanismes d’action.

La consommation régulière de chocolat pourrait donc produire avec le temps des effets bénéfiques sur le fonctionnement cognitif. Cependant, la consommation de cacao et de chocolat peut aussi avoir des effets secondaires en raison de leur valeur calorique ou plutôt à celle de différents ajouts comme le lait et le sucre. Pour les auteurs de l’étude, le chocolat noir est une riche source de flavanols ayant des effets bénéfiques et ils en consomment eux-mêmes un peu chaque jour.

[1] Socci V. et al., Enhancing human cognition with cocoa flavonoids ; front. Nutr 16 may 2017/ https://doi.org/10.3389/fnut2017.00019.

Brigitte Karleskind, rédactrice en chef

 

24 septembre 2017

D'autres news

En exclusivité: Akkermansia, gardienne de la barrière intestinale

Le Professeur Patrice Cani, maître de recherche FNRS à l’UCLouvain, en Belgique, nous emmène sur le chemin qui l’a conduit à la découverte des effets bénéfiques pour la santé d’une bactérie, Akkermansia municiphila, et à la publication, au début du mois de juillet de cette année, des… Read More

En savoir plus

Iode et alimentation

Plusieurs groupes de population, en Norvège, comme dans de nombreux autres pays, ont des apports alimentaires insuffisants en iode. L’iode est un nutriment essentiel, indispensable à la formation des hormones thyroïdiennes. Celles-ci jouent un rôle fondamental dans le développement cérébral du fœtus mais aussi dans les processus… Read More

En savoir plus

Vitamine E et calculs biliaires

Des concentrations plus élevées de vitamine E pourraient diminuer le risque de calculs biliaires. La formation de calculs à l’intérieur de la vésicule biliaire est appelée lithiase biliaire ou cholélithiase. Dans la majorité des cas, ces calculs sont composés de cholestérol cristallisé. Des calculs constitués de pigments… Read More

En savoir plus

Magnésium et santé cardiovasculaire

La concentration de magnésium dans le sérum sanguin n’est pas le reflet du magnésium intracellulaire. C’est pourquoi les déficiences sont largement sous-diagnostiquées. De plus, à cause de maladies chroniques, de la prise de médicaments et de la consommation d’aliments raffinés et transformés une partie importante des populations… Read More

En savoir plus

Vitamine C et système immunitaire

Des études épidémiologiques indiquent qu’un statut insuffisant en vitamine C est relativement courant dans les pays occidentaux en raison d’un apport trop faible associés à des stocks limités dans l’organisme. Les besoins en vitamine C sont augmentés par la pollution, le tabagisme, la lutte contre les infections… Read More

En savoir plus