Pépins de raisin et reins

La prise d’extrait de pépins de raisin semble freiner la progression de la maladie rénale chronique.
La maladie rénale chronique (MRC) est une maladie silencieuse et évolutive qui se traduit par un déclin lent et progressif de la fonction rénale. Elle est définie, indépendamment de sa cause, par la présence, pendant plus de trois mois, de marqueurs d’atteinte rénale (niveau élevé de créatinine et protéinurie) ou d’une baisse du débit de filtration glomérulaire estimé (DFG) au-dessous de 60 ml/min/1,73 m2. L’hypertension et le diabète sont responsables de près d’un cas sur deux de MRC.

Chez les patients souffrant de MRC on observe souvent un stress oxydant et une inflammation qui contribuent à la progression de la maladie. L’extrait de pépins de raisin contient des proanthocyanidines qui appartiennent à la grande famille des flavonoïdes, connus pour leurs propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires.

Une étude[1] pilote, randomisée, en double aveugle et contrôlée contre placebo a évalué les effets d’un extrait de pépins de raisin sur le dysfonctionnement rénal de patients à différents stade de maladie rénale chronique. Trente-trois patients avec une insuffisance rénale de stade 2, 3 ou 4 ont été recrutés à l’unité d’hémodialyse de l’hôpital régional de Menzel Bourguiba, en Tunisie. Pendant toute la durée de l’étude, ils ont continué à suivre leur traitement classique. Ils ont été répartis de façon aléatoire en deux groupes et on leur a donné à prendre chaque jour pendant six mois, six gélules apportant chacune 350 mg de poudre de pépins de raisin, ou six gélules placebo.

Après six mois de supplémentation, les résultats montrent que la prise d’un extrait de pépins de raisin a de nets effets bénéfiques sur certains biomarqueurs de la fonction rénale ainsi que sur le statut antioxydant des patients souffrant de MRC.

En premier lieu, elle augmente le débit de filtration glomérulaire estimé, le DFG, et diminue nettement la protéinurie. Ce second point est particulièrement important puisqu’atteindre un niveau plus faible de protéinurie est un important facteur prédictif de protection rénale à long terme et qu’il est de plus en plus reconnu que ce facteur est, en réalité, non pas seulement prédictif mais impliqué dans la progression de la maladie.

Une association entre un niveau élevé d’acide urique dans une population d’âge moyen et la MRC a été récemment décrite. Dans cet essai, la prise de l’extrait de pépin de raisin diminue les niveaux d’urée et d’acide urique plasmatiques et urinaires.

L’effet bénéfique de la supplémentation en extrait de pépins de raisin semble dû, au moins en partie, à ses effets anti-inflammatoires et antioxydant.

Bien que ces résultats soient porteurs d’espoirs, les auteurs de l’étude reconnaissent qu’ils sont limités par certains facteurs incluant la petite taille de l’échantillon, la durée de l’étude et la dose d’extrait de pépins de raisin. Une amélioration significative du déclin de certains marqueurs de la fonction rénale a certes été obtenue après six mois de supplémentation. Mais d’autres études doivent être entreprises, sur un échantillon plus vaste, avec des doses plus importantes d’extraits de pépin de raisin pour rapidement confirmer ces résultats.

[1] Turki K et al., Grape seed powder improves renal failure of chronic kidney disease patients. Excli J June 27. 2016 ; 15 :424-433.

 

Brigitte Karleskind, rédactrice en chef

 

4 octobre 2017

Toutes les news

Bêta-glutane et rhume

Selon une étude, la prise de bêta-glucane extrait de levure boulangère pourrait protéger les personnes âgées des infections des voies respiratoires supérieures. Les glucanes sont des macromolécules constituées de chaînes de multiples glucoses liés les uns aux autres. On les trouve sous plusieurs formes naturelles et ils… Read More

En savoir plus

L’Urolithine, un métabolite de la grenade et vieillissement

Une première étude clinique montre que l’urolithine stimule les mitochondries des muscles de l’homme et renforcent ainsi leur fonctionnement. Il y a presque un an, je rapportais la découverte de chercheurs de l’Ecole polytechnique Fédérale de Lausanne : l’urolithine A, issue de la transformation dans l’intestin d’un polyphénol… Read More

En savoir plus

ZINC, ASTAXANTHINE et sommeil

Consommer des aliments riches en zinc réduirait le temps d’endormissement et améliorerait la qualité du sommeil. Le zinc est un minéral essentiel qui joue un rôle important à de multiples niveaux dans l’organisme. Son rôle dans le sommeil a fait l’objet de relativement peu de recherches. Néanmoins,… Read More

En savoir plus

Améliorer la réponse à la vaccination antigrippale

La vaccination est la principale mesure de prévention de la grippe officiellement recommandée. La politique vaccinale vise en priorité à protéger les personnes de formes graves de la maladie. Pour ces personnes, l’objectif est avant tout de réduire, en cas de grippe, le risque de complications et… Read More

En savoir plus

Huile d’olive et ostéoporose

Dans une population méditerranéenne de personnes âgées et d’âge moyen, une consommation plus élevée d’huile d’olive vierge est associée à un plus faible risque de fractures liées à l’ostéoporose. L’ostéoporose est caractérisée par une diminution de la masse osseuse et une altération de la micro-architecture du tissu… Read More

En savoir plus

Pépins de raisin et reins

La prise d’extrait de pépins de raisin semble freiner la progression de la maladie rénale chronique. La maladie rénale chronique (MRC) est une maladie silencieuse et évolutive qui se traduit par un déclin lent et progressif de la fonction rénale. Elle est définie, indépendamment de sa cause,… Read More

En savoir plus

CHOCOLAT et cognition

La consommation de chocolat pourrait-elle améliorer le fonctionnement cognitif et lutter contre son affaiblissement ? Au cours de ces dernières années, les effets biologiques des flavonoïdes, qui appartiennent à la grande famille des polyphénols, ont largement retenu l’attention. Les fèves de cacao constituent une riche source de… Read More

En savoir plus

EPINETTE-VINETTE et syndrome métabolique

L’épinette-vinette (Berberis vulgaris) et, surtout, son principal principe actif, la berbérine, pourraient aider à atténuer différents symptômes constitutifs du syndrome métabolique incluant la dyslipidémie, l’hypertension, l’obésité et la résistance à l’insuline. L’épinette-vinette (Berberis vulgaris) est utilisée en phytothérapie depuis plus de 2500 ans. Les thérapeutes russes l’utilisaient… Read More

En savoir plus

Ginseng et infections hivernales

Plusieurs études suggèrent que la prise de ginseng aide à renforcer le système immunitaire et, ainsi, à mieux résister aux virus responsables des rhumes, grippes, bronchites… fréquents pendant les mois d’hiver. Le ginseng ou Panax ginseng C.A. Meyer est traditionnellement utilisé en Orient comme plante médicinale depuis… Read More

En savoir plus

ISOFLAVONE DE SOJA et ménopause

Une supplémentation en génistéine, un isoflavone dérivé du soja, pourrait améliorer le profil de risque cardiovasculaire de femmes ménopausées présentant un syndrome métabolique. Chez les femmes, les œstrogènes ont une influence bénéfique sur l’homéostasie du calcium, les niveaux sériques de lipides, la gestion de la pression sanguine… Read More

En savoir plus