CoQ10, sélénium et risque cardiovasculaire

Une supplémentation de longue durée en CoQ10 et en sélénium diminue le risque de mortalité par maladie cardiovasculaire selon les résultats d’une étude réalisée par une équipe suédoise dirigée par le Cardiologue Urban Alehagen.

Des travaux précédents avaient indiqué qu’un faible niveau de sélénium pouvait augmenter le risque cardiovasculaire et, également, empêcher les cellules d’avoir un approvisionnement suffisant en CoQ10 pour produire l’énergie dont elles ont besoin. Les chercheurs ont donc voulu savoir si une supplémentation pouvait diminuer ce risque.

La coenzyme Q10 et le sélénium font tous deux partie des défenses antioxydantes de l’organisme. La CoQ10 est produite par l’organisme et, également, apportée, par l’alimentation en petite quantité.
La CoQ10 est présente au cœur des mitochondries, les petites usines qui produisent  l’énergie que nos cellules utilisent pour fonctionner. Le cœur est l’un des organes les plus riches en mitochondries et en CoQ10. Celle-ci protège le cœur du stress oxydant qui est impliqué dans de nombreuses maladies cardiovasculaires. Avec les années, la production de la CoQ10 diminue dans l’organisme et, à 50 ans, une personne en bonne santé en produit 25 % de moins qu’à 20 ans. De plus, la prise de certains médicaments comme les statines diminuent également sa concentration.

Le sélénium, un minéral essentiel, participe lui aussi à la protection contre le stress oxydant par sa présence dans plusieurs enzyme du système de défense antioxydant de l’organisme. D’autre part, il est indispensable à l’activité d’une sélénoprotéine dont dépend l’efficacité de la CoQ10. Le sélénium doit être apporté par l’alimentation. Selon l’étude du Val-de-Marne de 1991, 30 % des Français sont déficitaires en sélénium et c’est également le cas de nombreux européens. Cette situation est due notamment à l’appauvrissement des sols en sélénium.

Les chercheurs ont recruté en Suède 433 personnes âgées de de 70 à 88 ans et en bonne santé. Dans le cadre d’une étude contrôlée contre placebo, randomisée et en double aveugle, ils leur ont fait prendre pendant quatre ans, quotidiennement, 200 mg de Coenzyme Q10 et 200 µg de sélénium organique ou un placebo.

Les résultats ont montré que dans le groupe placebo, 12,6 % des sujets sont décédés de maladies cardiovasculaires contre seulement 5,9 % dans le groupe supplémenté. Cela représente une baisse de 6,7 % du risque absolu.

Les sujets ayant participé à cette étude ont été suivis pendant dix ans au cours desquels les chercheurs ont noté tous les accidents cardiovasculaires. La diminution du risque de mort par maladie cardiovasculaire a persisté pendant toute cette période, y compris avec l’arrêt de la supplémentation. Le mécanisme expliquant la pérennité de l’effet protecteur n’est pas encore élucidé. Par ailleurs, en raison de la petite taille de l’étude, il faut considérer ces résultats comme une source d’hypothèses.


Alehagen U et al. Reduces cardiovascular mortality 10 years after supplementation with selenium and coenzyme Q10 for four years : Follow-up results of a prospective randomized double-blind placebo-controlled trial in elderly citizen. PloS One. 2015 Dec 1 ; 10 (12) :e0141641.

8 juin 2016

Toutes les news

Bêta-glutane et rhume

Selon une étude, la prise de bêta-glucane extrait de levure boulangère pourrait protéger les personnes âgées des infections des voies respiratoires supérieures. Les glucanes sont des macromolécules constituées de chaînes de multiples glucoses liés les uns aux autres. On les trouve sous plusieurs formes naturelles et ils… Read More

En savoir plus

L’Urolithine, un métabolite de la grenade et vieillissement

Une première étude clinique montre que l’urolithine stimule les mitochondries des muscles de l’homme et renforcent ainsi leur fonctionnement. Il y a presque un an, je rapportais la découverte de chercheurs de l’Ecole polytechnique Fédérale de Lausanne : l’urolithine A, issue de la transformation dans l’intestin d’un polyphénol… Read More

En savoir plus

ZINC, ASTAXANTHINE et sommeil

Consommer des aliments riches en zinc réduirait le temps d’endormissement et améliorerait la qualité du sommeil. Le zinc est un minéral essentiel qui joue un rôle important à de multiples niveaux dans l’organisme. Son rôle dans le sommeil a fait l’objet de relativement peu de recherches. Néanmoins,… Read More

En savoir plus

Améliorer la réponse à la vaccination antigrippale

La vaccination est la principale mesure de prévention de la grippe officiellement recommandée. La politique vaccinale vise en priorité à protéger les personnes de formes graves de la maladie. Pour ces personnes, l’objectif est avant tout de réduire, en cas de grippe, le risque de complications et… Read More

En savoir plus

Huile d’olive et ostéoporose

Dans une population méditerranéenne de personnes âgées et d’âge moyen, une consommation plus élevée d’huile d’olive vierge est associée à un plus faible risque de fractures liées à l’ostéoporose. L’ostéoporose est caractérisée par une diminution de la masse osseuse et une altération de la micro-architecture du tissu… Read More

En savoir plus

Pépins de raisin et reins

La prise d’extrait de pépins de raisin semble freiner la progression de la maladie rénale chronique. La maladie rénale chronique (MRC) est une maladie silencieuse et évolutive qui se traduit par un déclin lent et progressif de la fonction rénale. Elle est définie, indépendamment de sa cause,… Read More

En savoir plus

CHOCOLAT et cognition

La consommation de chocolat pourrait-elle améliorer le fonctionnement cognitif et lutter contre son affaiblissement ? Au cours de ces dernières années, les effets biologiques des flavonoïdes, qui appartiennent à la grande famille des polyphénols, ont largement retenu l’attention. Les fèves de cacao constituent une riche source de… Read More

En savoir plus

EPINETTE-VINETTE et syndrome métabolique

L’épinette-vinette (Berberis vulgaris) et, surtout, son principal principe actif, la berbérine, pourraient aider à atténuer différents symptômes constitutifs du syndrome métabolique incluant la dyslipidémie, l’hypertension, l’obésité et la résistance à l’insuline. L’épinette-vinette (Berberis vulgaris) est utilisée en phytothérapie depuis plus de 2500 ans. Les thérapeutes russes l’utilisaient… Read More

En savoir plus

Ginseng et infections hivernales

Plusieurs études suggèrent que la prise de ginseng aide à renforcer le système immunitaire et, ainsi, à mieux résister aux virus responsables des rhumes, grippes, bronchites… fréquents pendant les mois d’hiver. Le ginseng ou Panax ginseng C.A. Meyer est traditionnellement utilisé en Orient comme plante médicinale depuis… Read More

En savoir plus

ISOFLAVONE DE SOJA et ménopause

Une supplémentation en génistéine, un isoflavone dérivé du soja, pourrait améliorer le profil de risque cardiovasculaire de femmes ménopausées présentant un syndrome métabolique. Chez les femmes, les œstrogènes ont une influence bénéfique sur l’homéostasie du calcium, les niveaux sériques de lipides, la gestion de la pression sanguine… Read More

En savoir plus