Actualités Sciences

Logo Nature
Nature
Logo Sciences
Sciences
Logo Santé
Santé

CoQ10, sélénium et risque cardiovasculaire

Une supplémentation de longue durée en CoQ10 et en sélénium diminue le risque de mortalité par maladie cardiovasculaire selon les résultats d’une étude réalisée par une équipe suédoise dirigée par le Cardiologue Urban Alehagen.

Des travaux précédents avaient indiqué qu’un faible niveau de sélénium pouvait augmenter le risque cardiovasculaire et, également, empêcher les cellules d’avoir un approvisionnement suffisant en CoQ10 pour produire l’énergie dont elles ont besoin. Les chercheurs ont donc voulu savoir si une supplémentation pouvait diminuer ce risque.

La coenzyme Q10 et le sélénium font tous deux partie des défenses antioxydantes de l’organisme. La CoQ10 est produite par l’organisme et, également, apportée, par l’alimentation en petite quantité.
La CoQ10 est présente au cœur des mitochondries, les petites usines qui produisent  l’énergie que nos cellules utilisent pour fonctionner. Le cœur est l’un des organes les plus riches en mitochondries et en CoQ10. Celle-ci protège le cœur du stress oxydant qui est impliqué dans de nombreuses maladies cardiovasculaires. Avec les années, la production de la CoQ10 diminue dans l’organisme et, à 50 ans, une personne en bonne santé en produit 25 % de moins qu’à 20 ans. De plus, la prise de certains médicaments comme les statines diminuent également sa concentration.

Le sélénium, un minéral essentiel, participe lui aussi à la protection contre le stress oxydant par sa présence dans plusieurs enzyme du système de défense antioxydant de l’organisme. D’autre part, il est indispensable à l’activité d’une sélénoprotéine dont dépend l’efficacité de la CoQ10. Le sélénium doit être apporté par l’alimentation. Selon l’étude du Val-de-Marne de 1991, 30 % des Français sont déficitaires en sélénium et c’est également le cas de nombreux européens. Cette situation est due notamment à l’appauvrissement des sols en sélénium.

Les chercheurs ont recruté en Suède 433 personnes âgées de de 70 à 88 ans et en bonne santé. Dans le cadre d’une étude contrôlée contre placebo, randomisée et en double aveugle, ils leur ont fait prendre pendant quatre ans, quotidiennement, 200 mg de Coenzyme Q10 et 200 µg de sélénium organique ou un placebo.

Les résultats ont montré que dans le groupe placebo, 12,6 % des sujets sont décédés de maladies cardiovasculaires contre seulement 5,9 % dans le groupe supplémenté. Cela représente une baisse de 6,7 % du risque absolu.

Les sujets ayant participé à cette étude ont été suivis pendant dix ans au cours desquels les chercheurs ont noté tous les accidents cardiovasculaires. La diminution du risque de mort par maladie cardiovasculaire a persisté pendant toute cette période, y compris avec l’arrêt de la supplémentation. Le mécanisme expliquant la pérennité de l’effet protecteur n’est pas encore élucidé. Par ailleurs, en raison de la petite taille de l’étude, il faut considérer ces résultats comme une source d’hypothèses.


Alehagen U et al. Reduces cardiovascular mortality 10 years after supplementation with selenium and coenzyme Q10 for four years : Follow-up results of a prospective randomized double-blind placebo-controlled trial in elderly citizen. PloS One. 2015 Dec 1 ; 10 (12) :e0141641.

Laisser un commentaire

CoQ10, sélénium et risque cardiovasculaire

Une supplémentation de longue durée en CoQ10 et en sélénium diminue le risque de mortalité par maladie cardiovasculaire selon les résultats d’une étude réalisée par une équipe suédoise dirigée par le Cardiologue Urban Alehagen.… Read More

>> Consulter