CHOCOLAT et cognition

La consommation de chocolat pourrait-elle améliorer le fonctionnement cognitif et lutter contre son affaiblissement ?
Au cours de ces dernières années, les effets biologiques des flavonoïdes, qui appartiennent à la grande famille des polyphénols, ont largement retenu l’attention. Les fèves de cacao constituent une riche source de flavonoïdes, des flavanols. Le chocolat contient également d’autres ingrédients fonctionnels incluant des méthylxanthines comme la caféine et la théobromine qui pourraient exercer une influence sur le fonctionnement neurocognitif. Cependant, dans le cacao et le chocolat, les concentrations en caféine et en théobromine semblent insuffisantes pour exercer des effets pharmacologiques significatifs.

Des études épidémiologiques suggèrent que les flavonoïdes pourraient être associés à un meilleur fonctionnement cognitif, à une diminution du risque de démence et de déclin cognitif, à une plus faible prévalence des troubles cognitifs, à une meilleure évolution de la cognition sur dix ans ainsi qu’une meilleure performance cognitive dose-dépendante au cours d’un vieillissement normal.

Les mécanismes d’action des flavonoïdes impliqués dans la modulation et la protection cognitives ne sont pas complètement élucidés. Néanmoins, de plus en plus de données suggèrent que la consommation de chocolat et de cacao présente plusieurs effets bénéfiques pour la santé, incluant notamment des effets neuroprotecteurs et stimulants de la neurocognition.

L’effet bénéfique des composés polyphénoliques a d’abord été attribué à leur capacité à exercer des actions antioxydantes. Cependant, compte tenu des faibles concentrations détectables dans le cerveau, il est peu probable que les effets cognitifs in vivo des flavonoïdes soient seulement dus à une action antioxydante. Leurs effets neurobiologiques s’exerceraient plutôt à travers différentes actions impliquant la capacité à protéger les neurones vulnérables, à stimuler le fonctionnement des neurones ainsi que par des voies neuronales de signalisation intracellulaires.

Une revue[1] a examiné des études cliniques centrées sur l’investigation des effets de l’administration ponctuelle ou chronique de flavanols de cacao sur la cognition. Cette analyse conclut que les différentes études montrent des résultats quelque peu divergents. Néanmoins, les données accumulées suggèrent que la consommation de flavanols de cacao pourrait soutenir efficacement les performances cognitives, conduire à des améliorations des mesures de la cognition globale, de l’attention, de la mémoire et de la vitesse des processus de traitement des informations. Les effets cognitifs bénéfiques de la consommation régulière de flavanols, particulièrement chez des sujets à risque, pourraient intervenir à travers des actions neuroprotectives directes ainsi que par des améliorations du fonctionnement métabolique et cérébrovasculaire. Par ailleurs, l’administration ponctuelle de flavanols de cacao pourrait produire un effet immédiat de stimulation cognitive, soutenant les performances, en particuliers, dans des conditions de fatigue ou de perte de sommeil.

L’un dans l’autre, les résultats de ces études préliminaires sur les effets du cacao et du chocolat sur la cognition de l’homme soulignent leur intérêt potentiel et le besoin de travaux plus approfondis pour les confirmer et découvrir les mécanismes d’action.

La consommation régulière de chocolat pourrait donc produire avec le temps des effets bénéfiques sur le fonctionnement cognitif. Cependant, la consommation de cacao et de chocolat peut aussi avoir des effets secondaires en raison de leur valeur calorique ou plutôt à celle de différents ajouts comme le lait et le sucre. Pour les auteurs de l’étude, le chocolat noir est une riche source de flavanols ayant des effets bénéfiques et ils en consomment eux-mêmes un peu chaque jour.

[1] Socci V. et al., Enhancing human cognition with cocoa flavonoids ; front. Nutr 16 may 2017/ https://doi.org/10.3389/fnut2017.00019.

Brigitte Karleskind, rédactrice en chef

 

24 septembre 2017

Toutes les news

L’Urolithine, un métabolite de la grenade et vieillissement

Une première étude clinique montre que l’urolithine stimule les mitochondries des muscles de l’homme et renforcent ainsi leur fonctionnement. Il y a presque un an, je rapportais la découverte de chercheurs de l’Ecole polytechnique Fédérale de Lausanne : l’urolithine A, issue de la transformation dans l’intestin d’un polyphénol… Read More

En savoir plus

ZINC, ASTAXANTHINE et sommeil

Consommer des aliments riches en zinc réduirait le temps d’endormissement et améliorerait la qualité du sommeil. Le zinc est un minéral essentiel qui joue un rôle important à de multiples niveaux dans l’organisme. Son rôle dans le sommeil a fait l’objet de relativement peu de recherches. Néanmoins,… Read More

En savoir plus

Améliorer la réponse à la vaccination antigrippale

La vaccination est la principale mesure de prévention de la grippe officiellement recommandée. La politique vaccinale vise en priorité à protéger les personnes de formes graves de la maladie. Pour ces personnes, l’objectif est avant tout de réduire, en cas de grippe, le risque de complications et… Read More

En savoir plus

Huile d’olive et ostéoporose

Dans une population méditerranéenne de personnes âgées et d’âge moyen, une consommation plus élevée d’huile d’olive vierge est associée à un plus faible risque de fractures liées à l’ostéoporose. L’ostéoporose est caractérisée par une diminution de la masse osseuse et une altération de la micro-architecture du tissu… Read More

En savoir plus

Pépins de raisin et reins

La prise d’extrait de pépins de raisin semble freiner la progression de la maladie rénale chronique. La maladie rénale chronique (MRC) est une maladie silencieuse et évolutive qui se traduit par un déclin lent et progressif de la fonction rénale. Elle est définie, indépendamment de sa cause,… Read More

En savoir plus

CHOCOLAT et cognition

La consommation de chocolat pourrait-elle améliorer le fonctionnement cognitif et lutter contre son affaiblissement ? Au cours de ces dernières années, les effets biologiques des flavonoïdes, qui appartiennent à la grande famille des polyphénols, ont largement retenu l’attention. Les fèves de cacao constituent une riche source de… Read More

En savoir plus

EPINETTE-VINETTE et syndrome métabolique

L’épinette-vinette (Berberis vulgaris) et, surtout, son principal principe actif, la berbérine, pourraient aider à atténuer différents symptômes constitutifs du syndrome métabolique incluant la dyslipidémie, l’hypertension, l’obésité et la résistance à l’insuline. L’épinette-vinette (Berberis vulgaris) est utilisée en phytothérapie depuis plus de 2500 ans. Les thérapeutes russes l’utilisaient… Read More

En savoir plus

Ginseng et infections hivernales

Plusieurs études suggèrent que la prise de ginseng aide à renforcer le système immunitaire et, ainsi, à mieux résister aux virus responsables des rhumes, grippes, bronchites… fréquents pendant les mois d’hiver. Le ginseng ou Panax ginseng C.A. Meyer est traditionnellement utilisé en Orient comme plante médicinale depuis… Read More

En savoir plus

ISOFLAVONE DE SOJA et ménopause

Une supplémentation en génistéine, un isoflavone dérivé du soja, pourrait améliorer le profil de risque cardiovasculaire de femmes ménopausées présentant un syndrome métabolique. Chez les femmes, les œstrogènes ont une influence bénéfique sur l’homéostasie du calcium, les niveaux sériques de lipides, la gestion de la pression sanguine… Read More

En savoir plus

PROBIOTIQUES et dépression

Chez des patients souffrant du syndrome de l’intestin irritable (SII) la prise d’un probiotique, Bifidobacterium longum NCC3001 réduit leurs scores de dépression et améliore leur qualité de vie. Le syndrome de l’intestin irritable (SII) est un trouble fréquent de l’intestin responsable de douleurs abdominales, accompagnées de constipation,… Read More

En savoir plus