Astaxanthine et exercice physique

La prise quotidienne de suppléments d’astaxanthine abaisserait le rythme cardiaque de sportifs amateurs pendant la pratique d’exercices physiques.

L’astaxanthine appartient à la grande famille des caroténoïdes dont elle possède les puissantes propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires. L’astaxanthine est produite par plusieurs genres d’algues et de planctons. C’est le pigment rouge qui donne leur couleur aux saumons, aux crevettes et aux flamants roses.

Dans l’alimentation de l’homme, l’astaxanthine est apportée par des produits de mer comme les krills, les crevettes, le homard, le cabillaud, le maquereau, le saumon ou d’autres poissons rouges qui se nourrissent d’algues qui en sont riches. Dans le saumon sauvage, on trouve des concentrations d’astaxanthine allant jusqu’à 40 mg/kg. Les saumons d’élevage, quant à eux, reçoivent dans leur alimentation des suppléments d’astaxanthine synthétique et sa concentration atteint dans leur chair 5 mg/kg. Un apport quotidien de 4 mg d’astaxanthine correspond à l’absorption de 100 g de saumon sauvage ou de 400 g de saumon d’élevage.

Des études sur des rongeurs montrent qu’une supplémentation en astaxanthine améliore l’utilisation des graisses et l’exercice d’endurance. Chez des athlètes, une supplémentation avec 4 mg par jour d’astaxanthine pendant quatre semaines provoque une amélioration significative de la puissance et de la performance à vélo. Par contre, chez des cyclistes et des triathlètes bien entrainés, une dose plus importante, 20 mg par jour pendant quatre semaines, n’entraîne aucun changement dans la capacité antioxydante totale, dans les lésions oxydatives, le taux d’oxydation des graisses ni dans le temps de performance au triathlon.

Une nouvelle étude[1] a été conçue dans l’objectif d’évaluer les effets de huit semaines de supplémentation avec 12 mg par jour d’astaxanthine sur la fonction cardiorespiratoire de coureurs amateurs pendant des exercices de forte et basse intensité. 14 femmes et 14 hommes âgés de 42 ans ont été enrôlés dans cette étude parallèle en double aveugle. Avant et après la supplémentation, les sujets ont réalisé un test de course et un test à vélo.

Les résultats ne montrent aucune amélioration dans la consommation maximale d’oxygène ni dans la puissance maximale chez les sujets supplémentés en astaxanthine. Par contre, ils indiquent une diminution significative de 10 % du rythme cardiaque moyen pendant des courses d’intensité suboptimale.

Ces résultats suggèrent qu’une supplémentation en astaxanthine pourrait constituer une aide ergogénique bénéfique pour des athlètes pratiquant de longues voire ultra longues distances d’endurance mais pas forcément pour des athlètes faisant des compétitions demandant de courts efforts de haute intensité.

[1] Talbott J et al., Effect of astaxanthin supplementation on cardiorespiratory function in runners. Medicine & Sciences in sport & exercise May 2017, Vol 49, Issue 5S : 941.

 

1 août 2017

Toutes les news

EPINETTE-VINETTE et syndrome métabolique

L’épinette-vinette (Berberis vulgaris) et, surtout, son principal principe actif, la berbérine, pourraient aider à atténuer différents symptômes constitutifs du syndrome métabolique incluant la dyslipidémie, l’hypertension, l’obésité et la résistance à l’insuline. L’épinette-vinette (Berberis vulgaris) est utilisée en phytothérapie depuis plus de 2500 ans. Les thérapeutes russes l’utilisaient… Read More

En savoir plus

Ginseng et infections hivernales

Plusieurs études suggèrent que la prise de ginseng aide à renforcer le système immunitaire et, ainsi, à mieux résister aux virus responsables des rhumes, grippes, bronchites… fréquents pendant les mois d’hiver. Le ginseng ou Panax ginseng C.A. Meyer est traditionnellement utilisé en Orient comme plante médicinale depuis… Read More

En savoir plus

ISOFLAVONE DE SOJA et ménopause

Une supplémentation en génistéine, un isoflavone dérivé du soja, pourrait améliorer le profil de risque cardiovasculaire de femmes ménopausées présentant un syndrome métabolique. Chez les femmes, les œstrogènes ont une influence bénéfique sur l’homéostasie du calcium, les niveaux sériques de lipides, la gestion de la pression sanguine… Read More

En savoir plus

PROBIOTIQUES et dépression

Chez des patients souffrant du syndrome de l’intestin irritable (SII) la prise d’un probiotique, Bifidobacterium longum NCC3001 réduit leurs scores de dépression et améliore leur qualité de vie. Le syndrome de l’intestin irritable (SII) est un trouble fréquent de l’intestin responsable de douleurs abdominales, accompagnées de constipation,… Read More

En savoir plus

CURCUMINE et densité osseuse

Une supplémentation en curcumine, associée à un style de vie adapté, aurait un effet bénéfique dans la prévention et la gestion de l’ostéopénie. L’ostéopénie, une faible densité osseuse, est caractérisée par une diminution de la calcification, de la densité ou de la masse osseuse. Elle correspond à… Read More

En savoir plus

Oméga-3 et ménopause

Un statut élevé en acides gras oméga-3 serait bénéfique pour les femmes ménopausées. Les acides gras oméga-3 constituent une famille d’acides gras essentiels. Elle comprend des acides gras indispensables que notre organisme est incapable de produire et d’autres qu’il est capable de fabriquer à partir d’un précurseur,… Read More

En savoir plus

CACAO et santé cardiovasculaire

Une étude montre que la consommation de flavanols de cacao a des effets bénéfiques sur la santé cardiaque de malades souffrant d’insuffisance rénale en améliorant le fonctionnement des vaisseaux sanguins. Les fèves de cacao sont riches en flavanols, une catégorie de flavonoïdes, principalement de la catéchine, de… Read More

En savoir plus

Astaxanthine et exercice physique

La prise quotidienne de suppléments d’astaxanthine abaisserait le rythme cardiaque de sportifs amateurs pendant la pratique d’exercices physiques. L’astaxanthine appartient à la grande famille des caroténoïdes dont elle possède les puissantes propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires. L’astaxanthine est produite par plusieurs genres d’algues et de planctons. C’est le… Read More

En savoir plus

Curcumine, safran et dépression

La prise de curcumine ou de curcumine associée à du safran semble réduire les symptômes dépressifs et anxiolytiques chez des personnes souffrant d’épisodes dépressifs majeurs. Près de 50 % des personnes souffrant d’épisodes dépressifs majeurs interrompent leurs traitements en raison de leurs effets secondaires. Il est donc… Read More

En savoir plus

Syndrome prémenstruel et vitamine D

La supplémentation en vitamine D pourrait soulager les symptômes du syndrome prémenstruel chez des jeunes femmes avec un niveau très insuffisant de vitamine D.… Read More

En savoir plus